Recherche

Mon kit de survie pour les moments difficiles © Onze Octobre

#5 – Mon kit de survie pour les moments difficiles…

Aujourd’hui, j’avais envie de vous proposer un format un peu différent de d’habitude. Et de vous parler de plusieurs outils que j’ai beaucoup utilisés après le diagnostic de ma maladie, pour me réconforter, pour me redonner le sourire, pour me rebooster…

Je ne les utilise plus aujourd’hui car je n’en ressens plus le besoin. Non pas parce que tout est rose et que la maladie me laisse tranquille, loin de là ! Mais tout simplement parce que j’ai davantage l’habitude de gérer les moments plus difficiles, et je n’ai plus vraiment besoin d’outils extérieurs pour ça. C’est devenu naturel. Mais il se pourrait bien que je me remette à les utiliser quand même, juste pour le plaisir. Parce que pour tout vous dire, je me suis rappelée, en préparant ce sujet, à quel point j’aimais ces outils.

Mais avant de vous en dire plus et de vous expliquer de quoi il s’agit, j’aimerais revenir un peu en arrière, à l’époque de mon diagnostic, pour que vous compreniez l’état dans lequel je me trouvais, pourquoi j’ai commencé à utiliser ces outils et en quoi ils m’ont aidée…

Écouter la version audio :

Lire la version texte :

Je vous en ai déjà un peu parlé, quand le diagnostic de ma polyarthrite rhumatoïde est tombé, j’étais obnubilée par une question. Est-ce que j’allais pouvoir être heureuse maintenant que j’étais malade ? C’était vraiment LA chose qui me préoccupait le plus, qui m’angoissait le plus.

Pour essayer de me rassurer, je m’étais donc mise à faire pas mal de recherches sur ce sujet. J’avais alors trouvé beaucoup de choses très négatives, très angoissantes, vive internet ! Mais à force de persévérance, j’avais tout de même fini par trouver une étude, montrant que des personnes paraplégiques pouvaient être aussi heureuses que des personnes qui avaient gagné au loto.

Ça paraissait assez improbable. Mais en fait, il était ressorti de cette étude que les personnes paraplégiques interrogées étaient devenues plus sensibles aux petits bonheurs du quotidien. Tandis que les gagnants du loto, eux, y étaient devenus moins sensibles. Et donc l’un dans l’autre, leur niveau de bonheur était à peu près similaire.

Alors certes, je n’étais pas paraplégique et mon état de santé était bien différent (ma maladie étant dégénérative) mais cette étude m’avait fait l’effet d’un électrochoc. Je m’étais vraiment rendue compte à ce moment-là à quel point c’était difficile pour moi de voir ces petits bonheurs de la vie, de voir le positif. J’étais plutôt du genre à voir le verre à moitié vide, à voir uniquement ce qui n’allait pas. Pour moi, tout était soit tout blanc, soit tout noir et depuis le diagnostic, c’était encore plus noir qu’avant !

Et j’ai eu le sentiment, en lisant ça, que si je continuais comme ça, eh bien, je ne serais jamais heureuse. Que si je voulais l’être, il allait falloir que, comme les paraplégiques de l’étude, j’apprenne moi aussi à devenir sensible aux petits bonheurs, à voir le positif autour de moi. Et je me suis donc lancée le défi de trouver du positif !

Mais comment voir davantage le positif, quand rien ne va ?

Au début, c’était vraiment difficile parce que je n’étais pas du tout dans un état d’esprit positif justement. J’avais mal, j’étais fatiguée, je me sentais limitée dans tous mes gestes, je devais prendre plein de médicaments… Et je ne voyais pas ce qu’il y avait de positif là-dedans ! Justement, et ça je l’ai compris ensuite, parce que ce n’était pas là-dedans qu’il fallait chercher !

Ok, j’étais, moi, dans cette situation difficile. Mais autour de moi ? Qu’y avait-il autour de moi ? D’abord, il y avait mon copain, que je venais de rencontrer et qui malgré tout, ne m’avait pas quittée (contrairement à ce que je craignais au début). Ça, c’était donc un sacré point positif ! Et puis, tiens, j’ai commencé à remarquer que là, il y avait un rayon de soleil qui me réchauffait la joue. Qu’il y avait ce film que j’adorais et qui passait justement à la télé. Que ce café était vraiment bon, que j’aimais sentir sa chaleur envahir mon corps…

Au début, voilà, l’idée, c’était juste de les remarquer. Et puis, quand les traitements ont commencé à faire effet et que j’ai à nouveau pu me servir de mes mains et écrire, j’ai commencé à avoir envie de les noter, pour ne pas les oublier. Je me suis rendue compte que non seulement ça me faisait du bien. Plus j’en trouvais, plus j’avais envie d’en trouver, et mieux je me sentais ! Mais aussi que les relire pouvait m’aider, dans les moments plus difficiles, à ne pas retomber dans mes travers “négatifs”. Ça m’aidait à faire la part des choses : certes, là, c’était dur, mais il y avait aussi tout le reste. Et ça m’a donné envie d’aller plus loin… De me créer un vrai “carnet du bonheur” !

Un “carnet du bonheur”, qu’est-ce que c’est ?

En fait, c’est un carnet fait-maison, une sorte d’album, dans lequel j’ai commencé à noter tout ce qui me faisait plaisir. Tout ce qui me procurait de la joie, tout ce qui me faisait du bien (physiquement et moralement), tout ce qui me faisait sourire… Dans le but de pouvoir le feuilleter et le relire les jours où ça allait moins bien.

 

Inspiration Carnet du bonheur © Onze Octobre

 

J’y notais comme avant, les bons moments que j’avais vécus, les émotions que j’avais ressenties, des anecdotes, des petites phrases que j’avais entendues, des compliments que l’on m’avait faits… Mais je pouvais aussi y coller des photos. Les miennes ou des photos que j’avais trouvées sur internet et qui m’inspiraient. J’y mettais aussi des citations que j’aimais et qui me motivaient, parfois même des extraits de livres qui m’avaient plu. J’y parlais aussi un peu de mes envies, de mes projets… C’était un peu comme un journal intime mais centré sur le bonheur.

La vie peut être dure mais elle peut être belle aussi…

L’idée, en faisant ça, n’était pas d’occulter le négatif, de faire semblant. C’était juste d’avoir un endroit qui puisse me rappeler le positif dans les moments où c’était difficile pour moi. Le négatif, lui, je n’avais pas de mal à le voir donc je n’avais pas besoin de le noter ! Le positif, par contre, c’était parfois plus dur ! Et plonger dans ce carnet, qui contenait tous ces petits trésors de la vie, tous ces bons souvenirs, toutes ces petites choses qui m’avaient fait du bien, m’aidait vraiment à tenir bon, à m’accrocher. Ça me rappelait que non, il n’y avait pas que du négatif dans ma vie ! Ce que mon cerveau avait plutôt tendance à me cacher quand ça n’allait pas… Ça m’aidait à rester réaliste ! Certes, il y avait du négatif mais pas que !

Et puis, ça me permettait aussi, quand je manquais un peu d’inspiration, de piocher dans ces choses qui m’avaient fait du bien pour pouvoir me faire du bien à nouveau. Par exemple : me faire couler un bain avec des bougies, me mettre du rouge à lèvres pour me sentir un peu plus forte (oui, chez moi, le rouge à lèvres a ce pouvoir), mettre cette tenue dans laquelle je me sentais bien, relire tel livre qui m’avait plu…

C’était un peu comme mon kit de survie, une bouée de sauvetage à laquelle je pouvais m’accrocher pour ne pas couler. Aujourd’hui, je vous le disais, je n’ai plus besoin de ça, voir le positif est maintenant devenu naturel. Mais à l’époque, ça m’a vraiment beaucoup aidée à garder la tête hors de l’eau, à ne pas me laisser happer par les difficultés. Et si vous avez tendance, vous aussi, à vous focaliser sur tout ce qui ne va pas, je vous conseille vraiment d’essayer !

Comment créer votre carnet du bonheur ?

Eh bien, tout simplement : prenez un carnet et essayez de noter, au fur et à mesure, les choses que vous aimez, qui vous font du bien. Les moments positifs, les jolies phrases que vous disent vos proches, les mots de vos enfants si vous en avez… Cherchez dans vos souvenirs. Collez des photos. Ajoutez des citations que vous aimez et qui vous motivent. Notez le nom de personnes qui vous inspirent et dites pourquoi elles vous inspirent. Dessinez. Collez des pages de magazines qui vous plaisent (un look, un article, une phrase, un objet, une couleur…). Bref, mettez-y tout ce qui vous procure des émotions positives, tout ce qui peut vous faire sourire, vous donner de la joie. Tous ces trésors de la vie.

 

Créer son carnet du bonheur © Onze Octobre

 

Vous pouvez aussi, comme je vous le disais, faire des listes de choses qui vous font du bien et dans lesquelles vous pourrez piocher pour vous aider à traverser les journées plus difficiles. Pour vous réconforter, vous aider à ramener un peu de bonheur et de soleil dans votre vie.

Autres options ou idées possibles

Si vous n’avez pas envie de faire un carnet, vous pouvez aussi faire un tableau. Il vous suffit pour cela de prendre un tableau en liège ou un morceau de carton. Et d’accrocher des mots, des phrases, des photos, des choses qui vous inspirent… Et de les changer régulièrement.

Une autre chose que j’ai également utilisée et que j’avais trouvé chouette, ce sont les “Pots de bonheur” ou les “Boîtes à bonheur”. L’idée, c’est de prendre un pot en verre ou une boîte. Et de glisser à l’intérieur des petits papiers avec des citations inspirantes et/ou des choses positives (des souvenirs, des activités que vous aimez…). Tous les jours, vous pouvez alors piocher un papier et prendre votre dose d’inspiration positive pour la journée !

 

Du bonheur à piocher © Onze Octobre

Et voilà !

J’espère que ces quelques inspirations vous ont plu ! En tout cas, pour ma part, comme je vous le disais, ça m’a donné envie de me refaire un carnet. Voire même des pots avec du bonheur à piocher !

D’ailleurs, je ne sais pas si cela vous intéresse mais si vous avez envie que je crée une trame pour vous aider à créer votre carnet, avec par exemple, des questions, des espaces à remplir, que vous pourriez imprimer et utiliser pour vous éviter de partir d’une page blanche. Ou si vous avez envie même que je crée un carnet, dites-le moi dans les commentaires ! J’avoue que c’est une idée qui me plairait bien !

Et puis, si vous avez d’autres idées comme celles-ci ou si vous avez déjà fait ce genre de choses, je vous invite vivement à venir partager votre expérience dans les commentaires. À nous dire si ça vous a aidée, ce que vous en avez pensé ! Plus on partage, plus on s’enrichit et mieux on avance ! À tout de suite ?

On papote...

  • 31 octobre 2019
    reply
    Marion

    Oh là là quel beau sujet. Trouvez du positif là où on n’en a pas envie, quand on a mal …
    c’est lire le post quotidien de Nolwenn, voir un beau paysage … regarder par la fenêtre et trouver une belle fleur,feuille, rosée, un rayon de soleil
    Alors oui pourquoi pas mettre en place un carnet commun à tous pour que l’on puisse découvrir ces petits moment de bonheurs qui peuvent égayer notre quotidien
    Merci Nolwenn pour cette idée
    Bonne journée à tous

  • 31 octobre 2019
    reply
    Marion

    Tu sais Nolwenn une page commune où chacun peut y mettre une citation, il image, des techniques douces qui peuvent aider … et chacun peut y piocher son petit bonheur … est ce que c’est réalisable ?

  • 31 octobre 2019
    reply
    Fabienne

    Mon fils m a offert une boite a mots doux pour la fete des meres !! Un cadeaux que je cherie !! ” tu es belle maman ” je t aime ” tu sends bon maman ” maman calind amour ” ma mamounette” vivement 16h30″ …..voila quelques mots qui aident aux quotidien ! Une idee a partager …et pourquoi pas un jour une boite a mots doux venant du conjoint…meilleur amie…la fratrie…🌹🌹

  • 2 novembre 2019
    reply
    Amelie

    Je trouve que c’est un très beau sujet, l’idée est géniale… J’avais déjà un carnet où j’écrivais des moments un peu “exceptionnels” (lors de voyages par exemple), mais jamais rien à propos du reste de l’année, où la routine reprenait le dessus… peut être car je ne me focalise pas sur ce positif du quotidien, justement. C’est donc une super idée de le faire régulièrement avec des petits détails, ça m’a donné bien envie d’essayer. Je pense qu’une trame, ça m’intéresserait ! Les mots ici sont si doux, toujours. Tout comme Marion le disait, vous lire est un petit bonheur quotidien. Je pense que quand je remplirai mon carnet, j’y mettrai quelques lignes concernant ce blog. Bonne journée 🙂

  • 6 novembre 2019
    reply
    Tassa

    Merci pour. Ce podcast !
    Un carnet fait par toi ça me dirait bien 🙂

    Pour mon réconfort j’ai un bon kit de survie haha : j’aime faire des câlins à ma petite chienne qui me sert de bouillotte. Je regarde des choses qui me font rire car le rire est une bonne thérapie. Parfois j’écris pour extérioriser faire des listes positif/négatif. Et puis je mets des huiles essentielles qui détendent (ylang ylang bergamote verveine…lavande) bon courage à toutes !

Rejoignez la discussion